• Nicaragua et Honduras

    Dès les premies kilomètres dans ce nouveau pays, l'immense lac Nicaragua apparait à ma droite.

     Une île se trouve au milieu du lac, l'île d'Ometepe et ses 2 volcans.

     

     A Rivas, le premier contact avec les Nicaraguayens est bon puisque un couple propose de m'héberger, mais leur village n'est pas sur ma route. Je quitte la route Panaméricaine pour prendre la direction de San Jorge, d'où partent les bateaux vers l'île d'Ometepe.

     Je passe 3 jours à découvrir l'île.

     J'y découvre une nouvelle race d'oiseaux, très présente sur toute l'île.

     Mais la grande différence en passant du Costa Rica au Nicaragua, c'est la différence de niveau de vie. Le Nicaragua est le pays avec le plus faible PIB par habitant d'Amérique Latine. Le Nicaragua et ses voisins du nord (Honduras - El Salvador - Guatémala) sont les pays les plus pauvres du continents. Et la différence se voit sur la route, il y a beaucoup moins de gros 4X4 qu'au Costa Rica...

     

      La plupart des personnes se déplacent à pieds en vélo ou avec les transports en commun:

     Je consacre une journée pour faire le tour de l'île à vélo. C'est 100km de routes et de pistes en très mauvaises êtat.

    Sur le chemin, je suis arrêté par une corde tendue au milieu de la route. C'est un "péage sauvage", toutes les personnes qui passent ici doivent payer pour pouvoir passer. Mes 0,10€ serviront à soutenir l'équipe locale de baseball, le sport national.

     Et voici l'état de la piste:

     

     

     Bien sûr, l'ile offre de jolie point de vue sur le lac.

     Le midi, je fais une pause dans un petit restaurant. Le moins chère depuis le début du voyage avec plat et boisson pour moins de 0,60€... (jusque là, le moins chère était un repas complet -soupe, plat avec viande - boisson - à 0,78€ en Bolivie). A ce prix la, une assiette remplie des légumes locaux, d'une viande non identifié mais pas mauvaise et de bananes frites, accompagné d'un jus d'ananas. Je déguste tout cela, dans une petite cour, avec la famille et un cochon sous la table...

     Et au retour je m'arrête sur une plage où je fais la connaissance d'une voyageuse Française. On voyage en sens opposé, on échange donc les bons plans. Tout en observant le volcan Concepcion:

     

     

     

     Je termine le tour de l'île avec ce coucher de soleil:

     Le lendemain je décide de faire l'ascension du volcan Concepcion. Il me faut d'abord marché pendant 7 km pour rejoindre le pied, puis l'ascension commence, en forêt. Ce qui offre peu de point de vue.

     Après 1H30 d'ascension, c'est la sortie de la forêt. Et j'y trouve le brouillard et surtout un vent très violent.

     Je rejoins un petit groupe avec un guide, protégé du vent par un petit bosqué. Ca fait 1H qu'ils attendent là, quelques minutes plus tard, ils décident de redescendre, la fin de l'ascension est trop dangereuse avec ce vent très violent. Dès que l'on s'éloigne du bosquet, il est presque impossible de tenir debout. Je suis les conseils du guide qui me dit de redescendre également.

    Arrivée en bas, je suis frustré et deçu d'avoir fait demi-tour avant le sommet, même si je sais que c'était la décision la plus raisonnable...

     Je quitte l'île dans l'après-midi. A la descente du bateau, 2 voyageurs à vélo attendent pour aller sur l'île. C'est Linda et Ronnie, c'est la 6ème fois que l'on se croise dans 6 pays différents. Je crois que l'on est entrain d'établir un record!

    Le lendemain matin, je flâne avec le vélo dans les rues de la jolie ville de Granada.

     

     

     

     

     

     

     

     Après un petit-déjeuner et un café sur la place, acheté au vendeurs ambulants pour quelques dizaines de centimes d'euros, je prends la direction du volcan Masaya. La route monte en douceur, puis à l'entrée du parc national, changement de décor et la pente s'accentue.

     

     J'atteins le cratére du volcan à vélo. Le volcan masaya, c'est un immense trou rempli de fumée avec une très désagréable odeur de souffre. Il est interdit de rester plus de 15 minutes juste à côté du cratêre, sous peine d'avoir quelques problèmes (maux de tête, malaise...)

     A quelques centaines de mètres, se trouve le cratère d'un volcan endormi, le San Fernando. Arrivée au sommet de ce cratére, en tongue (j'ai oublié de mettre les chaussures de marche qui sont resté avec le vélo..), une garde du parc national m'interpelle. Elle me dit que je peux faire le tour du cratére, alors que je l'ai entendue dire à toutes les autres personnes que c'était dangereux et interdit. Elle me dit d'être prudent. (je ne sais pas pourquoi elle m'a autorisé a y aller, peut-être parceque je suis équipé de tongue...) Je prends donc le petit sentier, rarement emprunté. Il faut effectivement être très prudent par endroit.

     Le cratère du Volcan Masaya vu depuis le volcan San Fernando:

     

     A la sortie du sentier, une autre indication confirme que c'est interdit...

     Retour au volcan Masaya.

     Puis je plonge vers Managua, la capitale 600m plus bas. Cette capitale est étrange, elle ne posséde pas réellement de centre ville, il y a peu de batiments, pas de hauts batiments et beaucoup de terrains vagues. La ville est pleine d'arbres, si bien que depuis le sommet du volcan Masaya à 15 kilomètres de la ville, en regardant vers Managua, on ne voit qu'une étendu verte, il est impossible de dire qu'il y a une capitale ici.

    Le long de l'avenue principale, au milieu des décorations de noël, il y a de nombreuses créches.

     Ensuite, place au lac de Managua puis à d'autres volcans.

     

     

     Je rejoins Léon, pour 2 jours de repos. Et il n'y a pas que dans le nord qu'il y a des géants:

     Je me dirige vers un nouveau volcan, le Cerro Negro, mais la piste en sable me fait faire demi-tour après une dizaine de kilomètres

     

     Le prochain Volcan pres de ma route, c'est le San Cristobal, plus haut sommet du pays:

     Et déjà un nouveau pays apparait. C'est le Honduras. La route devient plus vallonée, je prends la direction du golf au sud du pays, pour rejoindre le Salvador en bateau. Mais je ne rejoins pas le bon village, je dois revenir sur mes pas pour finalement passer la frontière par la route.

     

    Le Honduras, je n'y reste finalement que 24H. Mais c'est suffisant pour une seconde d'inattention, un trou sur la route... Résultat, crevaison de la roue avant, rayon cassé roue arrière. Je n'ai pas de chambre à air prête a l'emploi, il me reste des rustines, mais pas de colle. Donc, je marche, mais lorsque je passe devant la première maison, il y a du monde dehors, il m'invite à venir chez eux. Et ils ont de quoi coller les rustines. Il y a toujours quelqu'un là quand il le faut!

    Le soir on m'offre l'hébérgement dans une sympatique famille et le lendemain matin, ce sont des oranges qu'un épicier m'offre. Ce fut court, mais l'accueil a été bon.

    Puis, après une petite ascension, le Salvador apparait déjà! Ca sera pour le prochain article.

     

    Les photos du Nicaragua et du Honduras, c'est ici: https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10202874809700042.1073741867.1496106738&type=1&l=aee7fdc2bb

    La page itinéraire et statistiques a été mise à jour: c'est ici

    « Costa RicaEl Salvador - Guatemala (sud-est) »

  • Commentaires

    1
    FRANCOIS DESPREZ
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 11:39

    Encore de très belles photos de pays dont on connait à peine le nom et toujours la rencontre de personnes accueillantes et hospitalières.

    Pour vous, c'est une nouvelle année qui débute loin de la maison familiale.

    Je vous souhaite donc que cette nouvelle étape de votre aventure soit aussi riche que la précédente !

    Cordialement,

    F Desprez

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    tes parents
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 13:09

    tout ces pays que tu découvre son splendide et nous fond voire la générosité de la population  avec leur accueil,

    bon courage pour cette nouvelle année et bonne route.

    tes parents

    3
    noella francis
    Lundi 6 Janvier 2014 à 17:50

    tu as de la chance de decouvrir des pays formidables bon courage et de notre part a tous les deux une bonne annee

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :