• Lac Titicaca - Cusco - Machu Picchu

    Je quitte La Paz, la capitale Bolivienne le dimanche 1er juillet, en milieu de journée, aprés avoir regarder la 2nd étape du Tour de France. Je pars le dimanche pour éviter les embouteillages. Dans La Paz la circulation est fluide et je rejoints rapidement l'autoroute La Paz - El Alto, le probléme, c'est que le centre de la capitale se trouve dans une cuvette a 3400m d'altitude et El Alto est a 4100m. Les 12 kilométres d'autoroutes sont donc une bonne mise en jambes... A El Alto, la circulation est un peu moins dense qu'a l'aller, mais j'ai quand meme quelques bouchons, puis a la sortie de la ville, la route devient plate, avec la magnifique cordilliére Royale a l'est.

     

     

    Je passe la nuit a Huarina, petite ville au bord du lac Titicaca. Le lendemain, je prends la direction de Copacabana, autre ville sur les rives du lac Titicaca. Je m'attends a une journée facile au bord du lac. Grosse erreur, ca commence avec un premier petit col de 5 ou 6 kilométres qui culmine a 4000m.

    Et dans la descente, je croise un voyageur a vélo.

    Ce voyageur a vélo, c'est Nando (www.gambada.com). Nando est Espagnol, il voyage a vélo depuis 8 ans! Il a voyagé en Europe, puis en Afrique quelques années et il est sur le continent américain depuis environ 2 ans. C'est super intéressant de discuter avec lui. En plus il parle trés bien Francais. Il a un chargement impressionant, environ 80kg avec le vélo! Finalement je ne suis pas trés chargé...

     

     

    On discute de la suite du parcours et des 3 cols avant Copacabana... Mais d'abord il faut traversé le detroit de Tiquina.

     

    30 minutes plus tard je suis sur l'autre rive du lac Titicaca. Ensuite je rejoint Copacabana en franchissant les 3 petits cols, le plus haut étant a 4251m.

     

    Je vais passer quelques jours a Copacabana, la ville est agréable. 

     

    Avec une jolie baie:

     

    Et de jolies couchers de soleil:

     

    On y trouve également des restaurants, ou la serveuse vous propose un menu a 10 bolivianos (1 euro 10) et de la marijuana (ce n'est pas compris dans le menu...).

    Je profite de ces quelques jours dans le secteur pour de petites ballades a vélo. je longe le lac vers le sud par une petite piste, puis elle disparait et je me retrouve a marcher sur une plage de galet pendant quelques kilométres. Je croise un pécheur qui revient, je l'aide a remonter la barque sur la plage, s'en suit une longue discussion.

    Ensuite je croise un vieil homme qui coupe du bois. Il ne connait que le lac Titicaca, il n'a jamais voyagé...

    A Copacabana, je fais la connaisance de Margot, sympathique francaise, expatrié au Quebec, qui est en Bolivie pour 3 semaines. On décide d'aller sur la Isla del Sol (Ile du Soleil) ensemble.

    Mais au moment de partir, le soleil est absent, aprés quelques orages dans la nuit, au moment d'embarquer, un orage accompagner de gréles éclate...

     

    C'est encore nuageux pour notre arrivée, mais le soleil ne tarde pas a revenir.

     

     

    On passe la 1ére journée et la 1ére nuit sur la partie nord de l'ile. On y fait la connaissance d'un couple Uruguayen. Une bonne soirée, autour d'un vrai maté (le bon maté, comme en Argentine! Je me rends compte que ca me manque l'Argentine...). Le lendemain quelques heures de marche pour rejoindre le sud de l'ile ou on passe la seconde nuit. 

    L'ile est vraiment magnifique et agréable. Il y régne un certain calme (Il n'y a pas de route et donc pas de voiture sur l'ile...). Il y a beaucoup d'élevage et de cultures en terrasses. Le soir tous les troupeaux rentre au village. Mais les photos de l'ile seront plus parlante.

     

     

     

     

     

    De retour a Copacabana, je prends la route du Pérou. Le coté Péruvien du lac Titicaca est beaucoup moins joli. Je vois deux voyageurs a vélo sur le bord de la route. Ils viennent de reparer une crevaison. Abe et Micheal sont Américains, ils ont quitté le Paraguay il y a quelques mois et rentrent aux Etats-Unis a vélo. On voyage 2 jours ensemble.

     

    Mais pour cette premiere journée au Pérou, l'accueil n'est pas géniale. Lors d'une pause pour se restaurer, un homme nous aborde. Il parle un mélange d'Espagnol et d'Aymara (langue locale du sud du Pérou). Pas facile a comprendre. On discute quelques minutes, puis il nous dit qu'il ne m'aime pas car je suis francais. Par contre les Américains sont bien, ils aident le Pérou... Il nous critique, car on est étranger donc on a de l'argent et il exige qu'on lui donne quelques choses avant de partir. Il devient lourd et un peu agressif. On part donc sans rien donner bien sur, mais il me court aprés et s'accroche au sac a dos sur le porte-baggage arriére. Il vole le seul truc facilement accessible, une bouteille d'eau... Par principe je pile et lui reprend violement la bouteille des mains. Il est surpris puis sa femme intervient pour l'engueuler. Bienvenue au Pérou!

     

    Le soir avec Abe et Micheal, ont demande l'hospitalité a l'église d'Ilave. Le prétre n'est pas la, on doit patienter une heure. On attend sur la place, un attroupement se forme, les americains discutent avec les gens, pendant que je reste assis a surveiller les vélos... Aprés quelques minutes, un homme vient me parler pendant 15-20 minutes, pour m'expliquer que je ne suis qu'une "merde" parce que je suis blanc, je ne suis pas Aymara! Son discours raciste dure un bon moment... Bienvenue au Pérou!

     

    Les 2 premieres rencontres Péruvienne ne sont pas trés encourageante... En fait j'avais deja croisé un Péruvien, qui travaille dans l'auberge du Parc Lauca au Chili. Il m'avait volé mes lunettes de soleil, adapté a ma vue... Vive le Pérou!

    On quitte la place pour retourner voir le pretre, qui nous offrent l'hebergement. Oui, il y a quand meme des gens bien!

    Le lendemain direction Puno. L'une des attractions sont les iles flottantes des Uros. J'ai le malheur d'y aller. On arrive d'abord sur une ile, avec juste 6 magasins de souvenirs et rien d'autres. Ensuite on vous sous-tire de l'argent pour changer d'ile en embarquant sur un bateau "typique"... Poussé par un bateau a moteur! Si vous refusez on vous dit que vous etes un touriste et que le seul droit que vous avez est de vous taire et de donner votre argent... Sur l'autre ile, il n'y a que des restaurants. Si vous ne voulez pas manger vous attendez 45minutes la libération et le départ du bateau vers Puno.

    Ces iles n'ont rien d'autenthique et sont faites pour sous-tirer un maximum d'argent aux touristes... Bienvenue au Pérou!

    Oui, au Pérou, il y a des gens biens (oui il n'y a pas que des Péruviens, il y a d'autres voyageurs... Je plaisante, je rencontrerai des Péruviens sympa aussi), mais il aussi beaucoup de racismes et vous n'étes qu'un pigeon potentiel pour beaucoup... Mais les premiers jours seront les pires, sans parler des incessants "gringo" tous les 100 métres... Plus au nord du Pérou, la situation s'améliore.

    Un petit col se présente a la sortie de Puno.

    Dans la descente je croise un voyageur a vélo Japonais. Il a commencé son voyage en Alaska il y a 13 mois et il espére atteindre Ushuaïa dans quelques mois. Il y a vraiment des fous, Alaska-Ushuaïa a vélo!

     

    Puis en fin de matinée, a la sortie d'un petit village, je vois une tente. Une tente dans ce secteur du Pérou, forcément des voyageurs a vélo. Et oui, 2 vélos derriére la tente. Ce sont ceux de Simon et Léa, 2 francais. Simon voyage a vélo depuis 10 mois ou son voyage a débuté en Guyane. Léa a voyagé 3 mois en mode sac a dos en Bolivie ou elle a fait la connaissance de Simon et depuis quelques jours elle a enfourché le vélo pour l'accompagner. Ils sont super cool, tres longue discussion autour d'un café. Au moment de reprendre la route, j'ai crevé. Le temps qu'ils se ravitaillent dans le village, je répare et on reprend la route a 3 vers l'Abra de la Raya, un col a 4338m. C'est difficile pour Léa qui commence le voyage a de hautes altitudes, mais elles s'accrochent et on atteind le sommet en fin de journée.

    Il commence a faire trés sombre dans la descente, mais ont rejoint un lieu de campement 10 kilométres plus loin. De nuit le lieu est un peu bizarre. C'est en fait des batiments de l'univérsité de Cusco, situé a 4000m d'altitude. La nuit sous la tente est fraiche, -7°C a l'intérieur. Et le reveille est trés matinale, a 5H un chien vient tourner et mordre des choses autour de la tente, puis a 6H une tres vieille femme qui vit la vient reclamer de l'argent.

    Mais si on campe la, c'est parce qu'il y a des sources d'eau chaudes a coté. Quel bonheur de se baigner en plein air a 4000m d'altitude en hiver avec un superbe paysage! L'eau sort de la terre a 90°C, et un peu plus bas se trouve une grande piscine.

    On reprend la route en fin de journée pour rejoindre Sicuane. Au fait, ca c'est Simon:

    Et ici c'est Léa:

    Le lendemain je reprends la route seul. Ils doivent rejoindre impérativement Cusco dans la journée qui est a 120km de Sicuane. Pour moi c'est a vélo, j'affronte de terribles cotes... regardez le panneau:

     D'accord, ils exagerent un peu. Mais en fait 120km c'est jusqu'au panneau bienvenue a Cusco, placé 30km avant le centre de la ville. C'est donc aprés 150km que je rejoint Cusco. La fin a été pénible.

    A peine arriver a Cusco, le hasard fait que je recroise Simon. On passera un peu de temps a 3 a Cusco, entre autres dans les restaurants. Il y a de tres bon restaurant a Cusco, ou il est tres facile de baisser le prix (jusqu'a 60% de reduction pour les bons negociateurs...). La petite semaine passé a Cusco sera aussi l'occasion de voir Caroline, une amie qui voyage depuis quelques mois dans la région aussi. Le centre historique de Cusco est vraiment joli, melange d'architecture Inca et Espagnol.

    Dans l'auberge je fais aussi la connaissance de 2 Chiliens, Marcos et Felipe. Ils sont trés sympas, on passe de bonnes soirées. Mais le but du passage a Cusco, c'est d'aller voir le Machu Picchu, l'un des sites archéologiques les plus beaux de la planéte. On décide d'y aller ensemble, avec 2 de leurs amis qui viennent de les rejoindre. Mais la veille, on sort un peu tard, on rentre vers 3H, mais eux ne se couchent pas avant 5H30. Et il faut prendre le bus a 7H... Je pars donc seul. Pour aller au Machu Picchu, 2 solutions, le train (tres cher) ou le bus jusqu'a Santa Maria, puis des colectivo (taxi) jusqu'a une centrale hydroéléctrique. La route en bus dur quelques heures, puis on embarque dans un colectivo sur la petite piste qui rejoint la centrale. Notre chauffeur se prend pour un pilote de Rallye. Lorsqu'il tente un dépassement hasardeux alors qu'une voiture arrive en face, les Argentines a l'arriére de la voiture sont obligé de s'énerver pour qu'il se calme. On arrive finalement vivant a la centrale.

    Dans le colectivo, on est 6, 50% de francais, 50% d'Argentines. On marche ensuite ensemble 2 ou 3 heures le long de la voie férée qui permet de rejoindre Agua Calientes, le village au pied du Machu Picchu.

    On trouve un hébergement avant de prendre la direction du restaurant. Il y a un restaurant tenu par un couple d'Argentins. On y passe la soirée, puis le couple nous propose d'aller a la fete qui se déroule sur la place du village. Les 2 autres francais vont dormir. Nous retrouvons toute la comunautée Argentine d'Agua Calientes. pour une excellente soirée a l'Argentine! Ca fait du bien une soirée comme celle la, l'Argentine me manque! Retour a l'auberge a 2H. Mais j'arrive a me lever a 4H pour faire l'ascension a pieds vers le Machu Picchu avec les 2 francais. Les Argentines optent pour le bus un peu plus tard... A 6H on est a l'entrée.

    Ca y est, il est la, sous nos yeux le Machu Picchu:

    J'avoue, a mon gout il y a un peu trop de touristes (plus de 2000 personnes sur le site chaque jours) et le lieu est tellement connu, qu'on a l'impression de deja le connaitre en arrivant.

    Pour profiter du lieu, je decide de faire l'ascension du Cerro Machu Picchu qui domine le site d'environ 500m. Je veux etre le premier en haut, mais je pars 11éme, avec 10 minutes de retard sur les premiers. L'ascension se fait en 1H30 a 2H normalement. Mais malgré seulement 2H de someil et j'avoue je n'ai pas bu que de l'eau la veille... Il ne me faut que 29 minutes pour faire l'ascension. Je suis donc le premier en haut et je peux profiter de 15 minutes de calme total, seul avec une vue magnifique sur le Machu Picchu et les montagnes qui l'entourent. Juste magnifique!

    Je retrouve les Francais pour visiter le site de plus prés.

    Retour a Cusco, par le meme chemin, avec une mauvaise surprise. Des souris ont fait un trou de 15cm sur 5cm dans une saccoche, pour manger un sachet de soupe deshydrater...

    La suite, au prochain article.

    Les photos sont disponibles ici: https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10201736805330644.1073741844.1496106738&type=1&l=08d43281c2

    La page itinéraire et statistiques a été mise a jour.

    « 10000kmDe Cusco à Cerro de Pasco »

  • Commentaires

    1
    FRANCOIS DESPREZ
    Lundi 12 Août 2013 à 17:56

    Merci de nous faire poursuivre cette découverte. Le Macchu Pichu, c'est tout de même impressionnant ainsi que les souris qui aiment la soupe déshydratée !

    Je ne suis pas surpris que vous regrettiez l'Argentine. C'est un très beau pays avec une population sympathique, en tout cas beaucoup plus qu'une partie de celle du Pérou.

    Bonne poursuite

    François Desprez

    2
    tes parents
    Lundi 12 Août 2013 à 20:00

    comme d'abitude de très belles photos, très beau reportage, dommage la mentalité de la bas on voit de superbe payage,

    on attent la suite avec tes copines les souris!!!

    bon courage et bonne route.

    tes parents

    3
    2rouesvagabondes Profil de 2rouesvagabondes
    Lundi 12 Août 2013 à 20:55

    Merci a vous de continuer a suivre le voyage! Et oui, surprenant les souris qui s'attaquent a la soupe déshydratée. Si au moins j'avais laissé trainer un bon aliment pour elle dans les saccoches, mais non!

    Je vous rassure, dans la suite du voyage, hors des zones touristiques, les Péruviens sont sympas!

    Jérémie

    4
    joseluis
    Lundi 12 Août 2013 à 23:11

    Je suis vraiment désolé  pour mes camarades au Pérou, mais de racisme il y a partout meme en France où j'ai vécu 2 ans . Je suis passé de bons moments en France, j'ai rencontré de français sympa et aussi de français pas du tout sympa. Donc je ne suis pas etonné de ce que tu es passée. 

    Je ne veux pas justifier à cet homme je sais que son comportement a été erroné je suis désolé pour cela.

    Bonne continuation et j'espere que tout se passe bien dans tes prochaines voyages. 

    Jose Luis du Pérou

     

    5
    Benoît B
    Mardi 13 Août 2013 à 08:13
    Salut Jérémie, tes articles sont toujours aussi envoûtant et ça ne cesse de nous faire rêver...bonne route et surtout continue tes immersions aussi pittoresques qu'inattendues ;)
    Grosse biz l'ami :))
    6
    2rouesvagabondes Profil de 2rouesvagabondes
    Mardi 13 Août 2013 à 18:27

    Bonjour José Luis, bien sûr qu'il y a du racisme également en France, beaucoup trop même! Je n'ai jamais dit le contraire, malheureusement dans chaque pays il y a des cons, mais heureusement il y a aussi des gens géniaux. Et j'ai rencontrer des personnes super au Pérou, j'en parlerais dans le prochain article... Lew problème c'est que dans les régions très touristiques, je trouve que les relations ont perdu le côté humain, c'est devenu purement commercial... Mais je crois que c'est le cas dans beaucoup de régions (partout dans le monde) où le tourisme est très dévellopé...

    Et Merci Benoit, merci de suivre ce voyage! Je vais essayer de continuer a partager l'aventure avec vous, encore un long moment...

    7
    Marc BLERVAQUE
    Samedi 17 Août 2013 à 21:07

    Nous suivons le parcours  regulierement et les souris apprécient  autant les gâteaux dans tes sacoches que les graines  dans les sachets  Lemaire.

    Amicalement et bonne route.

    Marc et Véronique 

    8
    Sherwood
    Samedi 13 Juin 2015 à 19:55
    I saw your advert in the paper chlorpromazine trade name The figures, collected by the Health and Social Care Information Centre, also show that possible neglect was the biggest cause for concern, accounting more than a third of cases, ahead of physical abuse which accounted for a quarter of alerts. ambien girl The melt rate is determined by both natural year-to-year weather variability and the effects of a warming climate. “Sometimes, they are in phase with each other and you get dramatic melting. Other times, they’re not in phase” and there’s less melting, said Dr. Stroeve. order anaprox Because of the uncertainty over U.S. finances, banks andmoney market funds are already shunning some governmentsecurities that are often used as collateral for short-termloans and to facilitate many other transactions.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :