• De Tikal au Mexique

    Tikal, c'est la prochaine étape du voyage. Je souhaite y aller à vélo, mais une petite averse dans la matinée fait que ma collégue veut y aller en bus. On prend donc le bus pour rejoindre Tikal, ancienne capitale du monde Maya, à 35km d'El Remate. Mihail, un Guatemaltéque qui connait bien le site nous accompagne.

     

    La première chose que l'on voit en arrivant tôt le matin (à 6H), c'est un arbre sacrée, la Ceiba. Il est tout simplement énorme.

     

     Puis après une petite marche, on arrive sur la place centrale et on découvre les premiers temples.

     On arrive les premiers et on peut donc profiter de la tranquilité. Preuve du calme, la présence d'un renard sur le site. 

     Mais rapidement, avec l'arrivée de la foule, il prendra la fuite. Au contraire des dindes locales.

     

     

     

     Après la place centrale, on gravit les marches vers le sommet du temple 4. Entre temps, Lorena une sympatique espagnole, danseuse de Flamenco, s'est joint à nous. Arrivée en haut du temple 4, on découvre une magnifique vue sur la jungle et les autres pyramides.

     Puis direction la cité perdue, où l'on s'asseoit un très long moment au sommet de cette pyramide pour discuter et refaire le monde.

     On croise une nouvelle dinde colorée sur la route du temple 5.

     Le temple 5 est sans doute le plus impressionant à Tikal.

     C'est là que Julie s'apercoit qu'elle a perdu un truc, elle part à sa recherche, je continue la visite de Tikal en compagnie de Lorena.

     Direction le temple 6. Ce n'est pas le plus impressionnant, mais il est éloigné des autres temples et on peux profiter d'un peu de calme au coeur de la jungle.

    Cette découverte de Tikal a été vraiment agréable. Contrairement au Macchu Picchu au Pérou, où il est impossible de profitez du lieux, tellement il y a de touristes, ici la taille du site permet de profitez tranquillement du lieu. Si vous devez faire un site archéologique en amérique latine et que vous hésitez entre Tikal et le Macchu Picchu, n'hésitez plus, prenez la direction de Tikal!

    On reprend les vélo et la route pour travérsée la région de Péten et rejoindre celle de Verapaz. La route est magnifique.

     On traverse d'agréables villages, même si la population ici a tendance a abuser de l'utilisation du terme "Gringo".

     En direction de Coban, la route prend de la hauteur, sous la pluie. En fin de journée, Julie a besoin de confort, on est obligé de faire du stop pour rejoindre Coban qui est a encore 20km. Pendant qu'elle s'abrite, j'attend quelques minutes sous la pluie, le premier pick-up, qui s'arrête et nous embarque.

     Après un jour à Coban, on pars à l'ouest, vers les régions de Quiche et de Veracruz. En demandant la route, on nous indique que Huehuetenango, c'est tout droit, jusqu'à l'infini... Effectivement, la route/piste de montagne va être très longue, mais elle est magnifique!

     

     

     Dans les champs, ca travaille dur!

     

     Après une nuit chez les pompiers de Chicaman, la route reprend de la hauteur.

     Avant une jolie descente vers Sacapulas.

     En arrivant à Sacapulas, on trouve une nouvelle fois refuge chez les pompiers. La soirée commence comme d'habitude, puis en sortant du comedor (grande cantine où l'on peut manger bien pour pas chère), je léve les yeux et voit une lueur orange au dessus des montagnes. Il semble y avoir un incendie. En retournant vers la caserne, on croise un camion de pompiers qui annonce qu'il y a un incendie de forêt et qu'ils ont besoin des jeunes hommes du village pour essayer de l'éteindre. On se porte volontaire, comme une centaine d'autre personne.

    Les différents pick-up (police, pompiers, croix rouge) embarquent les volontaires vers les sommets.

    C'est parti pour une ascension sur un petit chemin de montagne. En approchant, le spectacle est impressionant. De nombreux hectares ont déjà brulé et l'incendie s'étalle sur plus d'un kilomètre. Sur place, il n'y a aucune organisation. Chacun fait ce qu'il veut... On apporte notre petite contribution en éteignant les foyers qui reprennent. Pendant que les immenses flammes continuent de ravager la forêt à une centaine de mètres. C'est impressionnant de se retrouver au milieu de la nuit dans la montagne, près du feu.

    Certains allume des contre-feu, de façon assez désorganisé. Les pompiers sont plutôt présent en spectateur, ils n'ont aucun moyen pour lutter contre les feux de forêt, a part des machettes...  Ils décident de redescendre vers 2H. La nuit sera courte. Le lendemain matin, au réveil, le feu semble presque éteint.

    On quitte Sacapulas, toujours vers l'ouest.

    Et dans les champs, ca s'active toujours autant... Si vous cherchez de la main-d'oeuvre chez Florimond Desprez ou Lemaire Deffontaines, n'hésitez pas...

     En réalité les Guatémaltéques ont la réputation d'être des bons travailleurs, ils choississent juste de faire des pauses quand je sors l'appareil photo.

    On entame l'ascension vers Huehuetenango, avec quelques cascades au bord de la route.

     L'ascension est très dure pour Julie, mais on rejoint la ville finalement. Nouvelle journée de repos après 3 bonnes journées de montagnes avec plusieurs cols entre 2000 et 2500m d'altitudes. Puis c'est une longue descente qui nous conduit vers un nouveau pays.

     On y croise des américains en tandem.

     Et déjà on observe le dernier paysage du Guatémala.

     Le nouveau pays, c'est le Mexique, l'entrée est très facile, presque trop puisque ma collégue ne voit pas le bureau de migration et ne s'arrête pas. Elle devra faire demi-tour un peu plus loin.

    Le Mexique, on y entre par la région du Chiapas.

     Voici le premier paysage Mexicain. Une grande différence avec le Guatemala, c'est qu'il y a peu de villes dans la région et la chaleur est écrasante. Dans la première petite ville, j'arrive avec seulement quelques pesos en poche (4,50€). Il n'y a pas de banques et la prochaine est très loin. Je dois donner une partie de mes 4,50€ à Julie qui n'a pas voulu faire de change à la frontière. Mais on trouve refuge chez Geny, propriétaire d'un restaurant qui nous offre le repas et nous permet de camper sur sa terrasse. Je dors mal, la terrasse est en pavé et je dors avec le matelas crevé, puisque je prête le bon matelas à Julie. Le lendemain on reprend la route.

    Ca monte à nouveaux, lors d'une pause, Julie me prend la tête pour des futilités... Je me défoule sur le vélo puis je l'attend dans la première ville au sommet du col, 10km plus loin. Elle arrive énnervé et m'engueule. Il ne me faut que quelques secondes pour prendre la bonne décision. A partir de là, je voyage de nouveau seul. Sinon, toujours pas de banques, le seul distributeur de la ville est en panne. J'accompagne quand même Julie jusqu'à Comitan la première grande ville. Elle trouve un hébérgement, on est en milieu d'après-midi, moi je continue.

    L'ascension, roulante, vers San Cristobal de las Casa continue. Je suis de nouveau seul, libre, je revis!

    Il est très compliqué de voyager avec quelqu'un après avoir voyager 14 mois seul, après avoir goûter aux joies de la liberté. A 2, j'avais l'impression de ne plus être libre, d'avoir des chaines. L'obligation de se justifier, de devoir rendre des comptes a quelqu'un sur des choses absolument sans importances. Puis Julie a, selon moi, trop tendance à analyser les choses, plutôt qu'a les vivres. 

    Je continue donc ma route, de nouveau seul, de nouveau heureux, je me sens tout simplement bien. Il va faire nuit dans moins de 30 minutes et je n'ai toujours aucune idée de où je vais dormir, mais ca n'a pas d'importance, je sais que je trouverai une solution. A deux, il fallait prévoir, connaitre la suite du programme, les ascensions, les villes...

    J''aime prendre la route sans savoir si ca va montée ou descendre, ou est la prochaine grande ville, j'aime découvrir les choses sur la route, tout simplement prendre ce qu'elle m'offre.

     

     

     Ce qu'elle m'offre maintenant, c'est un col a 2400m pour rejoindre San Cristobal de las Casas. Sur le bord de la route les femmes s'activent autour du puit. On se lave les cheveux, fait sa toilette, la lessive...

     Pendant que les garçons font de la luge sur terre.

     J'arrive à San Cristobal de las Casas et rejoint l'hostal Rossco, qui offre une nuit gratuite à tous les voyageurs en 2 roues. J'y croise un cycliste Polonais, une motarde Guatémaltéque...

     San Cristobal est une jolie ville coloniale, très visitée en fin de semaine.

     

     

     En quittant la ville, je contourne la manifestation et le barrage pour prendre la route vers Tuxtla Guttierez.

     Un nouveau col à plus de 2400m, puis c'est la grande descente vers Tuxtla, 2000m plus bas.

     Au fil de la descente, la température monte, pour atteindre 37ºC à l'ombre dans la ville. De là, commence 20km d'ascension, le long d'un immense Canyon, le cañon del Sumidero. L'ascension, n'est pas trop difficile, mais la chaleur la rend horrible!

     Je croise de nouveau la sympatique motarde guatémaltéque. On profite ensemble de l'un des points de vue sur le canyon, puis chacun reprend sa route.

     La brume en fin de journée rend les photos compliqués. Je passe la nuit au sommet du canyon. La rivière se trouve 1000m plus bas. C'est impressionant.

    Je pense dormir à la belle étoile, mais en discutant avec l'un des gardes du parc national, j'apprends qu'il y a des serpents à sonnettes dans le secteur, aussi appelé crotale... On peut souvent les entendre depuis là ou je vais dormir cette nuit. C'est l'un des plus dangereux de la planéte...

     En allant me coucher, je croise des fourmis de 2cm et une énorme araigné. C'est bon, je suis convaincue, je monte la tente, je dors dedans et je la ferme bien...

    Au réveil, je suis au milieu du brouillard. le canyon a disparu. Un groupe de photographe Mexicain arrive pour profiter de la dissipation de la brume. 

     En repartant, sur le parking je croise la faune local.

     

     Non, ce n'est pas un crotale, mais un serpent corail. Je vous rassure, lui aussi fait partie des plus dangereux de la planête et peut tuer un homme avec son venin...

     Je l'observe pendant 1 ou 2 minutes, il est immobile a quelques mètres de moi. Quand il se met a bouger, des frissons me parcours le corps. Je redescends vers Tuxtla en profitant des derniers points de vues sur le canyon.

     Les vautours rodent toujours, malheureusement pour eux, aucun serpent ne me mordera...

     La ville de Tuxtla apparait de nouveau, je la traverse rapidement.

     Je fais désormais route vers la mer des caraïbes.

     

     

     

     La chaleur est toujours au rendez-vous. Lors d'une longue journée, je ne rêve que de 2 choses, une glace et me baigner dans une rivière ou un lac. Mais les kilomètres défilent et il n'y a rien, juste l'asphalte et les arbres. Je traverse bien quelques rivières, mais il n'y a pas d'accés pour y descendre.

    Puis enfin un petit restaurant sur le bord de la route, ils n'ont pas de glaces, mais des boissons fraiches. J'en prends une, le temps de discuter, il m'offre un repas!

    Je repars le ventre plein et enfin un plan d'eau avec un accés apparait. Manque de chance, l'eau n'est pas trop propre et en observant de plus prêt, on s'y baigne déjà.

     Etrangement, je n'ai plus envie de me baigner... Ma découverte de la sympatique faune Mexicaine continue au plan d'eau suivant.

     

     Je découvre également les premiers élevage de bovins à très grande échelle. Il y en a des miliers sur une surface très petite. Ils n'ont jamais mangé d'herbes de leurs vies... La photo suivante n'est pas impressionnante, mais la "ferme" est placé sous haute surveillance, garde armés, caméras de surveillance. Et ils ne sont pas trop fan des photos... 

     Puis, je retrouve la mer des caraïbes.

     J'atteinds Veracruz après 650km en 4 jours. J'y arrive tout juste pour le carnaval, le plus gros du Mexique.

    L'organisation est énorme, des gradins sont installés le long du boulevard qui borde la mer, de chaque côté sur 4km. Le samedi soir, je profite du premier défilé du carnaval. En milieu d'après-midi, la foule attend déjà.

     Je fais quelques mauvaise photo avant de ranger l'appareil. L'ambience est excellente, sur la route comme dans les gardins, c'est un grand spectacle! Mais ca ne se raconte pas, ca se vie! Je vous laisse découvrir quelques photos ratées.

     Les policiers ne sont pas déguisé en Robocop pour le carnaval, ils sont toujours comme ca...

     

     

     Elle, c'est la reine du carnaval.

     

     

    Voila pour cet article. 

    La page itinéraire et statistiques a été mise à jour: www.2rouesvagabondes.fr/itineraire-et-statistiques-a74270453

    Les photos du Guatémala: https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10203446766758611.1073741873.1496106738&type=1&l=008345f41d

    Les photos du Mexique: https://www.facebook.com/jeremie.geumetz/media_set?set=a.10203446941602982.1073741874.1496106738&type=3

     

    « Guatemala et BelizeMexique - De 0m à 5640m - Pico de Orizaba »

  • Commentaires

    1
    F DESPREZ
    Mercredi 5 Mars 2014 à 10:55

    VOUS PREFEREZ

     LA COMPAGNIE DES CROCODILES ET DES CROTALES A CELLE DE JULIE ! BONNE ROUTE POUR LA SUITE CAR VOUS ALLEZ BIENTOT RETROUVER UNE  CIVILISATION PLUS CONNUE.

    CORDIALEMENT 

    2
    tes parents
    Jeudi 6 Mars 2014 à 17:37

    c'est avec beaucoup de plaisir de découvrir ton  blog avec tes photos et tes reportages,

    que du bonheur ,les serpents sa fait peur, bonne route a toi et bon courage .

    tes parents   cool

    3
    Mercredi 12 Mars 2014 à 19:03

    eh le mec felicitations que tue est maintenant au mexique. c'est tres drole pour moi pour voir p.e. san cristobal, parce que quand j'etait las-bas il n'y avait pas du tourisme en octobre, mais maintenant c'est incroiable.


     


    moi je vais prendre l'avion la semaine prochaine de san francisco, je suis deja la mais ils m'ont vole mon velo, haha c'est la vie


     


    salutations


     


    sydney de la suisse

    4
    Marc Blervaque
    Mardi 18 Mars 2014 à 21:42

    Côté imprévisible du voyage ! baignade parmi les crocodiles ; le récit m'a autant fait sourire que donner froid dans le dos. 

    Les cols s'enchaînent et le vélo tient-il toujours ?

    Cordialement.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :