• De la route des volcans au Pacifique

     

    En quittant Junin de Los Andes, les paysages s'achéssent, la route s'élève lentement.

     Après quelques kilomètres seulement, il apparait au loin...

    Il, c'est le volcan Lanin, plus haut volcan de Patagonie, avec ses 3747m. J'emprunte la route du Paso Mamuil Malal, qui va me permettre de rejoindre le chili en passant au pied de ce volcan.

     

     

    L'ascension du col, qui culmine à 1253m n'est pas très difficile, seul les derniers kilomètres, lorsque la route se transforme en piste sont un peu plus dur. 

    En revanche, la descente sur la piste est beaucoup plus raide, pas de doute, j'ai franchie le col dans le bon sens. 

    Un peu plus tard, c'est le volcan Villarica qui fait son apparition.

     

     Le lendemain, je prend la route (ou plutôt la piste) du parc national Huerquehue. Je souhaite faire l'ascension du cerro San Sebastian, qui offre un point de vue sur tout les volcans de la région. Mais après la difficile ascension des pentes raides qui mênent jusqu'au parc, les gardes de la CONAF m'annonce que la météo pour le lendemain prévoit de la pluie. Dans ces conditions, l'ascension du Cerro San Sebastian est dangereuse et inutile. Devant les prix des campings à l'intérieur du parc, je fais demi-tour sans y entrer.

     

    Après une nuit à Pucon, je reprends la route sous un ciel nuageux en direction de Villarica. Mais rapidement il se met a pleuvoir, la météo avait raison... Cette route n'est pas agréable avec beaucoup de circulation et en plus la pluie...

     

     Mais je quitte rapidement cette route pour retrouver la tranquilité en allant vers le parc national Conguillio. J'emprunte une petite piste, avec 2 cols a franchir sous la pluie... Dans la montée du second je casse la chaine, mais il n'y a rien pour s'abriter et reparer à l'abri de la pluie. Je pousse le vélo dans le dernier kilomètre du col avant de faire la descente sans chaine. En rejoignant la piste principale, je peux enfin réparer sous un abri de bus. En arrivant dans le parc Conguillio, la couleur est annoncé:

     Au coeur de ce parc naturel se trouve le volcan Llaima, entré deux fois en éruption ces 5 dérnières années. La piste est magnifique entre les roches volcaniques, mais le volcan est invisible, masqué par les nuages. 

     

     

     

     

     

    Puis, il apparait.

     

    La piste quand a elle reste magnifique au milieu des Araucania, arbres qui ont donné leur nom à cette région du Chili. Je casse une nouvelle fois la chaine, 2 fois en 2 jours...

     

    Le coucher de soleil dans le parc est magnifique:

     

     

    Mais, il est temps d'aller dormir:

     

    La nuit à 1200m d'altitude est un peu fraiche, il fait 3ºC dans la tente au réveil... La brume matinale offre un joli paysage:

     

    Après le passage du col à 1430m d'altitude, je fais une petite randonnée qui me rapproche du volcan. La vue est impressionante. 

     

    Le lendemain matin, je quitte Curacautin vers 9H. Le début est valloné, puis la route devient plus plate. Les kilomètres défilent rapidement, puis après 90km, je m'offre un détour de 26km sur une piste grâce a un mauvais panneau... En plus des cartes, des distances, les panneaux routiers sont faux au Chili... C'est pratique quand on voyage...

     

    Je retrouve la bonne route, de longues lignes droites, vallonées jusqu'à Angol ou j'arrive en fin de journée après 190km...

     

    Mais il n'y a pas de camping dans cette ville, tout les hébergement a prix abordable sont complets... Je reprends donc la route vers le parc Nahuelbuta, il commence à faire nuit. Pour quitter la ville, une rampe à 20%, je ne sais toujours pas comment j'ai réussi a la monter à vélo, mais de toute facon, je n'aurais pas su la montée à pieds en poussant le vélo... Puis la piste continue de grimper avec de gros pourcentage et aucun endroit pour dormir, la végétation est dense et il n'y a pas de terrain plat... Je trouve enfin un endroit où dormir à 22H30 après avoir parcouru 210km dans la journée! 

     

    Le lendemain, je traverse la cordillière de Nahuelbuta avec le passage d'un col à seulement 1379m, mais la montée est très irrégulière, avec parfois même des parties qui redescendent. Cette piste est vraiment difficile (La plus dur depuis le début du voyage), mais au sommet, on a une vue sur l'océan Pacifique d'un côté et les volcans des Andes de l'autre... Enfin quand il n'y a pas de nuages et ce n'est pas le cas aujourd'hui. Dans la descente je ne croise qu'un véhicule:

     

    Puis en fin de journée, je rejoint Lebu et l'océan Pacifique à la nuit tombante après 137km. (soit 347km en 2 jours!)

     

    Le lendamain, je profite de la ville et j'écris cet article...

    Mais je dois vous laisser, le soleil va bientôt se coucher sur le Pacifique...

     

    PS: la page itinéraire et statistiques a été mise à jours, avec beaucoup de nouveauté... 

    http://www.2rouesvagabondes.fr/itineraire-et-statistiques

     

    Toutes les photos sont visibles ici:

    https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10200737157420071.1073741825.1496106738&type=1&l=1478ceabac

    « PN Los Alerces - PN Nahuel Huapi - Ruta de los 7 lagosLa côte Pacifique de Lebu à Viña del Mar »

  • Commentaires

    1
    PAPY Andrée
    Vendredi 1er Mars 2013 à 18:29

      BONJOUR JEREMIE !!! Te revoilas parti idans ta grande aventure (oh excuses moi comme je suis la Tatie de François je me permets de te tutoyer et comme j'ais 74 ans c'est comme si tu étais mon petit fils, d'aileurs j'en ais 2 dont un de 30 ans bientôt et l'autre 24 ans alors tu as compris). C'est François avec qui j'ais papoté cet après-midi au téléphone, qui m'a annoncé ton retour sur les routes d'Amérique du sud, bravo pour tes photos elles sont magnifiques, mais quelles galères lorsqu'il pleut et que tu te trouves en pleine nature sans pouvoir te protéger c'est admirable ce que tu fais c'est un dépassement de soit même, il faut être très fort dans sa tête pour accomplir tant de kilomètres, je t'admire même si nous ne nous connaissons pas je t'adresse toute mon affection et je suis de tout coeur avec toi par la pensée.Andrée    

    2
    FRANCOIS DESPREZ
    Dimanche 3 Mars 2013 à 16:29

    Cela devient pire que le Tour de France mais les paysages récompensent certainement de l'effort et on va sans doute plus vite en vélo qu'en chariot à boeufs!

    François Desprez

    3
    tes parents
    Dimanche 3 Mars 2013 à 17:48

    nous sommes toujour aussi étonnée par tes photos et tes reportages félicitations !!!!!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :